• Chasing Romance

Faux frère, Vrai connard - Anna Wendell



Nous remercions les Editions Addictives et l'auteure pour ce Service de Presse.



J’avais hâte de connaitre le nouvel opus d’Anna Wendell, d’autant plus qu’il s’agit du premier roman d’un trilogie consacrée à différents personnages évoluant autour de la troupe d’artistes créée par Aline.


Aline est une jeune femme exilée à Londres à 2 doigts de se marier. Mais son odieux fiancé va la tromper, la belle décide alors de changer de vie et de rentrer en France, là où son passé douloureux subsiste, là où elle va se créer un tout autre avenir.


On sent que l’auteure met ses tripes dans ce roman. Inspirée de faits réels, vécus par Anna, on ressent son enthousiasme à raconter une partie de sa vie. J’ai trouvé la trame de fond totalement novatrice en romance. Cela est rafraichissant ! Aline décide de fonder sa propre troupe d’artistes et de créer un spectacle vivant, comme un opéra rock. Un melting pot de talents seront sur scènes pour donner vie à un spectacle hors du commun.

Il est plaisant de suivre le processus de création et le travail acharné fourni par Aline, sa famille et ses amis pour donner vie à son idée de départ.


La romance est à mi-chemin entre une romance « stepbrother » potentiellement interdite et une romance « enemies to lovers ». Il faut dire que Gabriel, son demi-frère ne l’a pas épargnée lorsqu’ils étaient adolescents. Si j’ai trouvé que la romance mettait du temps à être véritablement abordée, je me suis délectée des flashbacks. Le mode connard enclenché chez Gabriel est délectable à lire. On sent que sous la carapace qu’il affiche, se cache un être sensible, qui pourrait avoir un cœur…Aline face à lui est démunie et lutte avec ses propres armes, sa fougue et son tempérament quelque peu enflammé. Ces deux-là sont entourés de personnages secondaires vraiment intéressants, je pense à Mélanie, Hannah et Silvia.


Les moments où la passion éclot entre eux sont vraiment intenses. Anna décrit leur alchimie avec justesse, à vous en rendre addict ! La plume de l’auteure est fluide et toujours aussi agréable à lire. J’ai même été émue quand on a l’occasion de lire la manière dont le spectacle que l’héroïne a créé, prend forme. La notion de troupe, d’unité autour d’un projet artistique prend tout son sens.


D’ailleurs, le titre ne me semble pas mettre cela suffisamment en avant. J’aurai bien vu un titre comme « Utopia » (vous verrez pourquoi) avec son sous-titre « Faux-frère, vrai connard » pour ce premier opus.


Si l’organisation de la trame est parfois inégale, notamment par l’arrivée un peu tardive de la romance dans le récit, j’ai passé un bon moment livresque. J’ai hâte d’en découvrir les spin-off. Mon p’tit doigt me dit qu’une certaine fée dresseuse de chevaux, pourrait être l’héroïne du prochain opus. Il me tarde de découvrir son histoire à travers sa passion pour son métier.













Faux frère est une romance New adult où on aime se détester !

On suit une héroïne Aline, légèrement « attachiante » au début mais qui se révèlera heureusement plus émouvante qu’énervante. Elle a un petit côté naïf dans sa relation aux autres, car elle est profondément gentille et passionnée. Elle nous fait croire en son spectacle.


Anna Wendell transmet tout son amour pour l’art du spectacle, sa passion, à travers son personnage féminin, elle nous fait croire et vivre le rêve d’Aline. On y voit chaque rouage, pour arriver à mettre sur pieds ce rêve, avec ses moments magiques, ses réussites, ses déboires et ses coups durs.


Si on départ on va détester Gabriel il va réussir à nous séduire grâce à sa façon bien singulière de protéger les personnes qu’il aime. Celles qui aiment les co…ards seront servies, pour les autres, laissez-le se dévoiler, car il a un sacré potentiel et pas uniquement dans la goujaterie !

J’avoue adorer les personnages masculins compliqués, torturés, avec une part sombre, et de la sensibilité à revendre, ce qui donne du relief. Et avec Gabriel, j’ai ce qu’il faut !


Leur attraction crépite, et l’atmosphère électrique fait des étincelles constantes. Cette partie m’a plu mais j’ai préféré lorsque tout bascule et les masques tombent, les cœurs et corps s’expriment. Les prises de bec, et l’entêtement acerbe d’Aline aurait eu raison de moi à force ! La rancœur est tenace d’où son côté un peu « chiante » !

Ce ne sont pas des personnages romantiques et pourtant leurs mots sonnent tellement justes, et sont profondément percutants. C’est un amour tabou et mal maîtrisé, trop jeune, trop fort, soumis à une telle pression qu’il était difficile d’assumer. Dans les flashbacks, on sent tout le mal qui a pu être ressenti …


Je n’imaginais pas une des scènes finales ainsi, un peu trop à l’américaine si je peux m’exprimer ainsi, surtout avec de tels personnages… J’ai trouvé une partie du titre approprié à une partie de l’histoire, mais pas sur la totalité, pour moi. Ce sont des détails qui sont sincèrement une affaire de goût et de point de vue. Il n’en reste pas moins que la qualité de plume de l’auteure est toujours présente, avec ce petit plus sur l’amour de ses passions qu’elle partage avec toutes ses tripes.


Il y a beaucoup de personnages secondaires, avec de très belles âmes (ou pas !), ma préférence va à Hanna, qui m’a bien fait rire ! Même si j’ai su que d’autres pourraient avoir leur histoire également, dont j’avoue avoir hâte de les découvrir.


Une belle lecture qui m’a embarqué dans cette épopée utopienne (il va falloir aller lire pour comprendre), aux amours compliqués qui méritent d’être vécus !





32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout