• Chasing Romance

Campus Enemies, plaisirs coupables - Sonia Eska



Nous remercions les Editions Addictives pour ce Service de Presse.



Je suis fan de la plume de Sonia, dont j'ai lu une bonne partie de ses romans. Plus elle écrit et plus sa plume s'affine et se bonifie. Je sais que pour le moment Sonia va laisser son clavier de côté, le temps de faire une pause. Elle nous délivre ici un roman dense, poignant, abordant un sujet fort et peu traité en romance. Le parallèle avec la tuerie de Columbine donne à découvrir une histoire en aucun cas manichéenne. Rien n'est tout blanc ou tout noir, mais simplement un ensemble de nuances de couleur allant du sombre vers la lumière.


Isée et Knox. Rien ne pouvait présager qu'ils pourraient être attirés l'un par l'autre. Isée est une survivante de la tuerie dont le frère de Knox est l'instigateur. Quand le désir rencontre la culpabilité et l'interdit, voilà ce que ça donne: une histoire sulfureuse et déchirante.


Isée et Knox. Ou le récit d'une romance torturée teintée de doutes et d'incertitude. Ils savent l'un comme l'autre combien leur histoire est éphémère et impossible. Isée est unie aux 6 autres rescapés de la tuerie. Ensemble ils vouent une haine viscérale et malsaine à la famille de Knox. La jeune femme se retrouve totalement embourbée dans ses sentiments, cachée derrière des faux-semblants qu'elle peine à maitriser. Ses hésitations m'ont parfois lassée, même si elles sont parfaitement compréhensibles. Mais j'ai trouvé que Isée mettait beaucoup de temps à prendre conscience de ses sentiments et de ses souhaits profonds.

Knox de son côté, tergiverse moins, mais il souffre en silence. Il repousse Isée à sa façon, pour mieux la rapprocher. Il est sulfureux, coquin et à la fois terriblement touchant.


J'ai aimé lire la manière dont la société bien pensante de Fayetteville a une vision tronquée des faits et préfère déverser sa haine, pensant apaiser ses blessures, en prenant pour cible un bouc émissaire. Isée et Knox se retrouvent englués dans cette mélasse de vindicte populaire. Leur désir, leurs sentiments, leur attachement l'un à l'autre seront-ils suffisants pour surmonter cette pression?


Je dois avouer que le dernier tiers du roman m'a particulièrement plu. Emouvant, il permet d'amener avec délicatesse le final de cette histoire.


Sonia Eska a réussi à nous offrir ici une belle histoire tragique tout en pointant de sa plume la beauté qui résulte de la relation entre Knox et Isée. Je regrette seulement que les hésitations de la belle aient été un peu longues avant sa prise de conscience.

Je salue l'audace de l'auteure d'avoir traité un tel sujet de manière aussi délicate tout en apportant les notes de sensualité et de romance, comme on les aime.


C'est un roman à lire absolument, sans hésitation. Attention, c'est une romance dense, poignante et brûlante à la fois.


J'en profite pour tirer mon coup de chapeau à Sonia pour l'ensemble de ses romans. On sent qu'à chaque opus, elle a à cœur d'aller vers de nouveaux horizons, tout en nous proposant des histoires intenses. Je lui souhaite une belle pause bien méritée et je serai au rendez-vous lorsqu'elle nous reviendra avec une nouvelle histoire.















« Campus enemies » est une New adult déchirante.

Quand d’une tragédie, de la haine et de la rage, en sort une petite lueur d’espoir…

Quand il faut combattre une attirance proscrite…

Que les stigmates présents saignent à nouveau en présence de l’autre, mais qu’il vous fait ressentir des choses encore plus fortes, interdites, tabous...

Eh bien vous rentrez dans le monde de cette romance intense, du destin d'Isée et Knox.


Sonia sait compter comme peu d’auteure les amours atypiques, amoraux, qui défient les codes sociétaires et remettent en cause les idées, les pensées, les jugements.

Ici, Isée, qui a vécu l’horreur, va être confrontée à son passé, avec Knox Matlin, le frère de son bourreau !


Il y avait longtemps que je n’avais pas lu autant de déchirement et d’attraction crépitant entre deux héros. Ils mettent une telle énergie à se détester, se provoquer ou s’éviter.

Même si pour Isée c’est plus de la terreur, et pour Knox un besoin viscéral de vengeance, au début. Et en même temps, il y a cette forme d’attraction qui va changer la donne très rapidement chez Knox. Si j’ai un petit bémol c’est sur cette partie-là, celle du « chat et de la souris » qui est un peu longue à mon goût.


Et puis ces sentiments qui grandissent silencieusement, cachés de tous, même des premiers concernés, car ils seraient inconvenants, incompris. C’est émouvant d’être témoin de ce changement et même temps, on sait pertinemment que des moments difficiles les attendent. La preuve le personnage d’Isée s’embourbe dans sa culpabilité, et son tiraillement entre ce qu’elle ressent, la morale, et ce qui est juste.

Elle n’a plus qu’une seule vision des évènements, mais d’autres points de vue, qui l’ont chamboulée, la font évoluer et la grignote de l’intérieur.

L’épanouissement d’Isée est assez magnifique à lire, il n’est pas sans mal, mais un tel chemin de rédemption pour elle et Knox est vital. Chacun trouve sa place, panse ses plaies, se reconstruit grâce à l’autre. Une sacrée héroïne, une combattante silencieuse, qui ressort de l’enfer, qui va devoir briser des chaînes rassurantes, devenues toxiques …


Une romance qui surprend et déjoue les codes, repoussent les limites, les biens pensants, comme toujours avec cette auteure, avec cette plume qui bouleverse l’équilibre fragile de ses personnages et capte complètement l’attention du lecteur, ne pouvant le laisser indifférent face à ce qui se joue, le deuil, la vengeance, la culpabilité, le complexe du survivant... Des thématiques lourdes de sens et de conséquences abordées de manières tellement justes, dynamiques et humaines.

Je me suis fait bien évidemment happer par l’histoire de ces amants maudits qui ne sont pas nés du bon côté pour s’aimer.





24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout