• valou

I put a spell on you - Max L. Telliac




Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.


C’est la première fois que je lis un roman écrit par Max. La couverture absolument magnifique et le pitch de « I put a spell on you » m’ont vraiment donné envie de lire cette Urban Fantasy.


Je dois reconnaître que j’ai eu du mal au départ à m’immerger dans l’univers de ce roman. Il m’a fallu un peu de temps pour que je puisse vraiment entrer dans le récit. Ne vous y méprenez pas, cela n’a absolument rien à voir avec l’écriture de Max, fluide, maîtrisée et hyper agréable à lire. Aucune corrélation non plus avec le contenu de l’histoire, pourtant un temps d’adaptation m’a été nécessaire, plus qu’à l’accoutumée.


Tel un vieux moteur diesel, j’ai pris le temps, mais alors une fois totalement au cœur du sujet, j’ai pu dompter ma concentration, et me suis vue prise d’une frénésie livresque : j’ai carrément dévoré le roman. Il faut dire que je me suis retrouvée totalement charmée par Alistair. J’ai adoré son cynisme, son arrogance et son côté hautain. J’ai eu un peu plus de mal à m’attacher à Rosena, mais leur duo est juste génial à lire. Entre eux, c’est à couteaux tirés…tout le temps. Il y a une telle tension, couplée à une alchimie de dingue qu’on ne peut qu’accrocher à leurs joutes verbales. Alors que tout les oppose, ils se retrouvent obligés de composer l’un avec l’autre. D’emblée, l’auteur nous accroche en écrivant la puissance du lien qui unit les deux personnages principaux.


La trame « urban fantasy » est rudement bien construite. Après ma petite phase d’approche, j’ai totalement adhéré à l’univers dépeint ici. Entre chasseuses et sorciers, New York prend des couleurs surnaturelles. Plus j’avançais dans l’histoire, plus je me disais que cette histoire pourrait être une série télé, géniale à suivre. Il y a tous les ingrédients qu’on recherche : du surnaturel savamment dosé, des intrigues ficelées à vous donner des nœuds au cerveau et une tension sexuelle de malade !


Max a su mener la romance entre Alistair et sa Hunty de sorte à ce que le désir entre eux soit palpable ( et trèèès frustrant) et à la fois complètement addictif. Tous les deux forment une sorte d’équipe pour comprendre ce qui leur arrive. Plus l’intrigue avance, et plus leur attachement l’un à l’autre est fort. C’est particulièrement cet aspect de l’histoire qui m’a plu. Car une question subsiste : ce lien est-il réel ou surnaturel ? Là est toute la question…

Si je ne devais retenir qu’un seul chapitre de ce roman ce serait le 31ieme qui m’a définitivement conquise (si je ne l’étais pas déjà !).


J’ai aimé constater les différentes inspirations qui ont semblé guider Max dans son écriture. Peut-être que je me trompe, mais j’y ai vu certains aspects inspirés des histoires d’Harry Potter ou de Vampires Diaries. L’écriture de cette trame n’a pas dû être une sinécure, tant il y a des ramifications. J'imagine sans mal les différents schémas que l'auteur a du dessiner pour les représenter. La bible des personnages secondaires est très fournie et apporte son lot de fausses pistes qui vous rendent encore plus accro à l’histoire.


Vous l’aurez compris, malgré mon démarrage lent, j’ai passé un super bon moment avec la plume de Max et j’ai même ressenti un pincement au cœur lorsqu’il m'a fallu quitté Al et Hunty. Définitivement, je me surprends à aimer de plus en plus l’Urban Fantasy et ce roman est à lire absolument !





26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout