• Jouly

If you wanna be my lover... - Emma Green


Je remercie les Editions Addictives pour ce Service de Presse.



"If you wanna be my lover" est une romance contemporaine sur des airs des années 90, avec l'influence nippone.


Généralement, lorsque sors un livre de ces auteurs je fonce, car je sais pertinemment que je vais passer un bon moment. Pour celui-ci, ce fut un peu la déception, non pas que ce fut désagréable mais un peu laborieux pour moi.

J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, malgré un héroïne, rafraichissante, loufoque et décalée qui va vivre et nous faire des moments farfelus. La situation de départ m'a paru un peu "too much", surtout sans réelle préparation, même si elle ne fera pas illusion longtemps la mère April . Cet échange entre les prénoms et leur vie ancienne et présente est par moments difficile à suivre.


Pour moi c'est elle qui porte le livre avec son ami Ji-min, avec leurs excentricités, leur amour de la culture japonaise et des K-Pop ! Il y a beaucoup de références à la culture des années 80-90, qui a fait son retour vintage aussi, le bel exemple en est le titre du livre ... qui je l'avoue vous laisse une légère mélodie en tête ;) !


Si la relation entre la fausse May (soit April) et Thybalt est assez drôle et croustillante, selon les passages du livre. Les répliques, les provocations, et défis sont amusants, assez savoureux et audacieux. Néanmoins, il n'en reste qu'elle met beaucoup de temps à se mettre en place et à s'installer. Le rôle très mystérieux et énigmatique de Thybalt n'aide pas à ce que je m'attache à ce pseudo-vrai couple. Ses moments d'absence répétées sans explications, ses sautes d'humeur, sont aussi déroutants pour April que pour le lecteur.

On reste dans le flou, tout comme l'héroïne, un peu trop longtemps à mon goût, les révélations et explications tardant à arriver.

Il est tellement solitaire, même lorsqu'il veut protéger May de son harcèlement au bureau. S'ajoute à ses traits de caractère la manière de raconter qui est uniquement du point d'April, qui n'aide pas à comprendre le mode de fonctionnement du PDG, même si elle s'y efforce sacrément, mais il est très hermétique et fermé.

Pourtant il peut montrer des côtés attachants comme ses surnoms, Mayday ou barrette...

Je pense que je m'attendais à quelque de plus intense entre eux, de moins léger, mais cette légèreté viendra à bout de cet ours polaire de San Francisco !


Il ne faut pas oublier :

- la soeur jumelle, May (la vraie) qui se révèle également au fur et à mesure, démontrant une belle complicité avec April malgré les débuts du livre,

- ni, les animaux, le malamute (chien) trop imposant ou encore les trois chats trop cocoonés par leur maitresse qui ont leur rôle à jouer dans l'histoire.


Malgré la plume de ces auteures que j'affectionne, une héroïne qui souffle un vent d'air frais et d'humour tout au long de cette romance, je n'ai pas réussi à être complètement emportée par "Mayfferson". Même si les touches coquines, de provoc sont leur marque de fabrique et rythment aussi cette histoire.

Comme quoi l'alchimie avec le lecteur ne fonctionne pas à tous les coups, mais

je suis certaine que d'autres seront plus embarquées que moi par cette romance, toujours bien écrite par les quatre mains des Emma Green.





8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout