• Jouly

Stupide Deal - Emma Landas



Je remercie les Editions Black Ink pour ce Service de Presse.



« Stupid Deal » est une romance contemporaine, qu’Emma Landas s’est « kifé » à écrire je pense. Elle s’est fait plaisir à y mettre sa patte comme toujours, humour, sarcasme, provocation et une dose de « sexytude ».


Elle ne ménage pas le roi du selfie, le mannequin préféré d’Instagram, Asher Tâte, (dont on a de cesse d’imaginer Chri-Chri dans ce rôle !) grâce à ce son héroïne Birdy.

Elle est pleine de préjugés, certes pas complètement faux … mais il faut entrer dans ses cases surtout les hommes. Et elle est tellement gaffeuse, s’embourbe dans ses bêtises, au point d’être d’une mauvaise foi sans pareille ! Lui a ce côté connard-arrogant avec des choses à cacher, mais moins sombre que certains des héros qu'a pu créer Emma Landas. Ces deux héros sont haut en couleur !


On lit une relation "chien et chat", avec des zones d'ombre : je t’attaque, je te pousse dans tes retranchements, puis me rapproche en me rendant compte de mes exagérations. Il faut dire que les tous premiers chapitres donnent le ton. La rencontre entre ces deux-là est plus qu’inoubliable et détonante !

Les répliques et rapports entre eux sont savoureux à lire. C’est dynamique, piquant à souhait, on ne s’ennuie pas une vraie partie de ping-pong verbal, un joli festival de la phrase ciblée et de la mauvaise foi !


Même si j’adore le ton et le rythme, arrivé vers la moitié du livre, j’ai eu envie qu’il se passe un truc différent entre aux, qu’ils passent la seconde, la troisième, pour être plus imagée.

La trame est plutôt traditionnelle, et vu le contexte et l’histoire, les retournements de situation ou rebondissements, ne peuvent pas pleuvoir, ce serait incohérent. C’est juste que pour moi, cela a mis un tout petit de temps à arriver… Si je puis me permettre, ils sont un peu longs à la détente, ce qui augmente la tension vous me direz !


C’est un livre tout en décontraction, où sur un ton est léger, on y traite des apparences, des réseaux, du mannequinat. De cette société qui vit à travers et grâce aux réseaux peut être factice pour des raisons très différentes mais où l’image est tenace. On peut s’inventer, se cacher derrière cet écran qui n’est parfois qu’illusion, mais un sacré faire-valoir…


Une romance qui se lit avec un ton bien tranché, pimenté, coloré, le tout rythmé par une cheffe des mots et expressions, j’ai nommé Madame Landas. On ajoute à cette composition, le pur kif sur l’énergumène Christian Hogue comme inspiration… j’imagine la difficulté qu’a dû être ces heures de recherches intenses sur le sujet !!!!!


Une lecture qui pointe du doigt des sujets d’actualités, avec cette pointe de légèreté dans le ton, qui parfait pour se détendre cet été !





25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout