top of page
  • Photo du rédacteurvalou

Ton emprise - Lily Degaigne




Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.


« Anathème » avait été un formidable coup de coeur pour moi, il y a un an. L’histoire m’avait bouleversée et la rencontre avec la plume de Lily m’avait totalement conquise.

Alors, vous pensez bien qu’à l’idée de lire son nouvel opus édité chez Black Ink me mettait en joie, d’autant plus en découvrant les thèmes abordés.


Elle est prisonnière de sa vie, elle s’appelle Meg.

Lui est prisonnier de barreaux de fer, il s’appelle William.


Leur rencontre est improbable et va rendre leur relation sombre et interdite. Pourtant, leur histoire m’a emportée et particulièrement émue parce qu’elle est synonyme d’exaltation, de désir et surtout de liberté. J’aime les romances interdites et ici l’auteure a construit son intrigue autour de cet aspect de l’histoire. Sa plume est idéale pour raconter les amours impossibles. Les émotions sont distillées avec précaution, tantôt avec douceur, tantôt avec brutalité.


Comment ne pas s’attacher à Meg et William. Comment ne pas éprouver de la compassion pour leur réalité. J’ai aimé découvrir leur personnalité ainsi que leur histoire de vie. Dans le secret de l’unité sanitaire et de la cellule 204, ces deux êtres abîmés vont trouver en l’autre, l’oxygène dont ils ont chacun besoin pour survivre. La description de l’univers carcéral et de ses codes n’est pas enjolivé, loin de là pour autant.


Lily arrive à créer au milieu de cette prison, une romance particulièrement passionnée. Le besoin l’un de l’autre est dingue et à nouveau elle a imaginé (à l’image de Gabriel dans « Anathème »), un personnage principal masculin d’une telle prévenance pour son héroïne, qu’il ne peut que bouleverser. Difficile de rester insensible au charme de William.


Que dire de Meg qui force le respect. Elle qui subit tellement au quotidien, a choisi de devenir surveillante pénitentiaire. Une gageure ! La jeune femme a mis sa vie entre parenthèse pour son abject de mari, qui n’a de cesse de la rabaisser. Lily aborde avec justesse les thèmes délicats des violences conjugales et de l’oppression exercée par les pervers narcissiques sur leur victime.


Les personnages secondaires donnent beaucoup de relief à l’ensemble, je pense notamment à Claude qui finit de purger sa peine et à Issa qui apporte de la légèreté dans les dialogues.


Bref, vous l’aurez compris, j’ai tout aimé de cette histoire et la façon dont Lily a choisi de la conclure (et pas uniquement pour son épilogue). La roue tourne et pour l’ensemble des personnages ce n’est que justice.

Ce n’est pas une dark romance, en revanche certaines scènes peuvent quand même être difficiles à lire pour des lecteurs non préparés.


Au final, si je devais résumer ce roman, je dirais, que c’est violent, brutal, profondément injuste parfois, mais si beau. L’espoir apporté par le magnifique amour qui unit Meg à William est absolument addictif. Bien sûr que c’est un coup de coeur à nouveau, il ne pouvait en être autrement.





21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page