top of page
  • Photo du rédacteurvalou

Toxic Hell - Anita Rigins




Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.


J’avais tellement hâte de lire « Toxic Hell » et de me plonger dans cette histoire dont j’attendais beaucoup. J’avais beaucoup aimé la plume d’Anita Rigins avec « Beautiful Sinner», la duologie « Bad for me » et « J’aime pas Noël », dans un style plus léger.


Avec ce nouvel opus, je trouve qu’Anita passe un cap. Elle nous fait vivre la vie d’après traumatisme de Héna et Karl, en nous captivant de bout en bout. L’auteure a choisi un thème fort, qui ne laisse pas indifférent. Impossible de ne pas s’attacher à cette fratrie complètement cabossée, qui essaye de s’en sortir.


La collision entre Héna et Nasser est juste géniale à lire. Leurs joutes verbales sont excellentes, leur offrant un rapport de force d’égal à égal. J’ai aimé que Héna soit une héroïne très forte, malgré ses souffrances, et qu’elle ne se laisse pas démonter face à l’arrogance et la personnalité de Nasser.


Nasser, parlons-en ! Le bad boy dans toute sa splendeur !! Il est beau, il est intriguant, il vit dans un lieu qui parait aussi cool que sombre et dangereux. Son passé l’a marqué au fer rouge. Quand Héna déboule dans sa vie, il veut essayer de la faire plier, mais il va se heurter à la détermination de la jeune femme et surtout se retrouver être plus que séduit…Nasser va aimer entretenir le jeu qui s’instaure très vite entre eux, à se provoquer et se défier sans cesse. J’ai aimé de lui son instinct de protection presque immédiat envers Héna. Entre eux c’est le feu, l’intensité, l’explosion des sens, mais ils ont aussi beaucoup de respect l’un pour l’autre. Nasser pousse Héna dans ses retranchements et vice et versa, mais cela repose sur une certaine confiance et un consentement parfaitement établi d’emblée.


Le récit est absolument addictif : on suit la construction de leur relation, la manière dont ils pansent les plaies de l’autre, tout en sentant que le danger rôde autour d’eux à bien des égards. J’ai aussi aimé lire ce qui brûle au moment de leurs corps à corps qui permettent d’asseoir vraiment leur relation. J’ai l’impression que les passages intimes et érotiques sont plus étoffés que dans les précédents opus d’Anita que j’ai pu lire. Ces scènes sont parfaitement orchestrées et bien écrites, si bien qu’elles donnent chaud !!


Vous l’aurez compris, Anita Rigins nous offre ici un roman brillant, on sent qu’elle s’est beaucoup documentée sur les dérives sectaires et les conséquences psychologiques pour celles et ceux qui peuvent s’en sortir. Le travail sur les personnages d’Héna, Karl et Nasser est dingue. Le dernier tiers du roman permet d'amorcer la fin de l'histoire en apothéose, tant il est mené tambours battants, entre suspens et émotions!


Ce roman est à mon sens, au même niveau que ceux écrits par Milyi Kind et Isla A. Rowley (et Izia Soley aussi du coup), je retrouve cette même façon totalement hallucinante de nous attacher aux personnages dès les premières lignes et aussi (il faut bien le dire) de nous faire baver pour des connards qu’on adore détester.


Je ne sais pas vous, mais j’irai bien faire un tour au Toxic Hell, parce que c'est un beau coup de coeur !!






85 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page